Ces dernières années ont été marquées par une montée en puissance du terrorisme dans l’espace ouest africain. S’il faut reconnaitre que les pays comme le Burkina Faso, le Mali, le Nigéria sont les plus touchés, le Bénin n’en est pas totalement épargné. Certaines incursions djihadistes dans le parc national de la Pendjari, et d’autres attaques sporadiques dans la ville de Tanguieta dans le département de l’Atacora ne sont pas de bons présages pour la paix et la sécurité. L’extrémisme qui grandit dangereusement à nos frontières induit la nécessité d’apporter une réponse de tolérance aux sein des communautés. La question de maintien de la paix et la sécurité est centrale dans les enjeux du gouvernement. Les extrémistes et intégristes fondent leur recrutement sur des discours de sectarisme, de religion ou d’ethnies. Ce sont souvent les jeunes gens qui sont recrutés pour grossir leur rang, perpétrer des actes de violences inouies.

C’est la raison pour laquelle il est indispensable de construire dans l’esprit des jeunes âmes sensibles et vulnérables, les valeurs de tolérance et de paix pour vivre ensemble. La différence, loin d’être un obstacle, devrait être perçue comme une richesse à protéger et chérir. Le projet Semons la paix est une initiative qui se veut inclusive pour sensibiliser les écoliers de Tanguieta en langue Biali (la plus parlée dans cette ville) et en français. La langue est une passerelle qui permet de se comprendre, de communiquer et de partager les valeurs précieuses du vivre ensemble.

OBJECTIF GÉNÉRAL

L’objectif principal de ce projet est de promouvoir la tolérance et la paix dans l’esprit des écoliers par la médiation en français et en Biali. La langue est envisagée ici comme support des valeurs universelles du vivre ensemble, de l’inclusivité de toutes les cultures

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

1. Renforcer la culture de la paix et le vivre ensemble en concevant un modèle de médiation culturelle dédié à la culture de la paix ;

2. Élaborer un lexique sur la thématique Paix en Biali;

3. Animer 12 séances d’ateliers de médiations sur une période de trois mois dans les écoles cibles (contes et dessins) ;

4. Organiser une grande exposition public sur la thématique « Vivre ensemble ».

Public cible

La cible de ce projet est composée des écoliers et de 10 écoles primaires de Tanguieta. Le choix de cette cible se justifie par leur tranche d’âge. C’est très tôt qu’il faudra  sensibiliser à la tolérance, la paix et le dialogue des cultures.

RÉSULTATS ATTEINTS ET INDICATEURS RENSEIGNÉS

Les résultats prévus dans la prévision du projet ont été atteints à la phase de mise en œuvre. Ils sont résumés dans le tableau récapitulatif suivant :

La promotion de l’égalité homme-femme n’était pas un objectif prioritaire, mais transversal de la mise en œuvre du projet. Sur les 12 enseignants – médiateurs impliqué dans le déploiement du projet, une seule femme était représentée.

L’équipe projet a insisté sur une approche genre en ce qui concerne les bénéficiaires du projet.
Ainsi, le choix des élèves bénéficiaires était tributaire d’un nombre égal de filles et de garçons, donc 10 filles et 10 garçons par écoles et 13 filles et 12 garçons dans les deux Collèges d’Enseignement Général. Au total, les statistiques des bénéficiaires se présentent ainsi que suit :

Fille 126
Garçon 124
Total 250

Il faut noter que la cible ce sont les jeunes enfants entre 7 ans et 20 ans.
La moyenne d’âge des bénéficiaires du primaire est de 9 ans tandis que celle des bénéficiaires du secondaire est de 15 ans. Ce public était très enthousiaste et réceptif aux activités de médiations du projet, surtout pour les illustrations.

ACTIVITÉS MISES EN ŒUVRE

1. Inventaire de 5 contes

2. Transcription des contes en biali et ditamari ainsi qu’en français

3. Renforcement des capacités des enseignants sur l’animation des ateliers de médiation

4. Organisation d’atelier créatif sur les contes et le dessin en langue nationale et en français

5. Exposition sur les dessins des élèves et don d’ouvrages aux écoles bénéficiaires

6. Création et montage de Podcasts avec les 5 contes

7. Vulgarisation du projet sur les radios communautaires

COMPLÉMENTARITÉ

Ce  projet  a  été  réalisé  en  partenariat  avec  plusieurs  organisations  de  la  société  civile  et  des partenaires publics des communes bénéficiaires. Il s’agit de :

ONG BCDA, Bénin, Culture, Développement et Amitié est une association culturelle basée dans l’Atacora qui nous a aidé à identifier un expert pour la traduction des contes en langues locales.

REMéAD, Réseau des Médias de l’Atacora, qui a bénéficié de Laboratorio d’une formation sur la conception et la réalisation de podcast. Ce renforcement des capacités de 10 journalistes de la région nous a permis de les outiller et de les mettre à contribution pour vulgariser les podcasts produits sur les chaines de radio communautaires.

APFB, Association des professeurs de français du Bénin qui à travers sa section Atacora a mobilisé les deux professeurs de français des CEG 1 et CEG 2 pour conduire les actions de médiation au collège.

KASSUA TV, une web TV qui assure la communication en langue locale sur l’actualité culturelle et sociale à Natitingou et dans tout le département de l’Atacora.

La  Direction  Départementale  des  Affaires  Sociales  et  de  la  Microfinance  ATACORA   qui représente le ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance sur le projet. Cette direction a soutenu le projet en acceptant de parrainer la cérémonie de clôture et de don d’ouvrages aux écoles bénéficiaires.